Muriel Thiney, praticienne de massage bien-être installée à Auxerre et Carisey (Yonne), qui est intervenue régulièrement dans neuf EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), partage sa riche expérience des massages de bien-être en maison de retraite.

Maison de retraite : un parcours, une histoire, un engagement.

Si vous êtes praticien en massage de bien-être et que vous souhaitez intervenir en maison de retraite, ma modeste expérience vous dirait :

  • Vendez votre prestation à la structure et non au résident : vous travaillerez ainsi avec des personnes qui ne prennent pas rendez-vous mais qui ont énormément besoin de vous !
  • Les budgets sont restreints, donc soyez raisonnables dans vos tarifs (vos interventions peuvent être  financées par le budget Animation de l’établissement)
  • Ne vous attendez pas à faire 4 massages complets dans l’après-midi (les résidents sont habillés parfois en milieu de matinée et remis en vêtement de nuit tôt, donc, dans l’après-midi, ils n’ont pas toujours envie qu’on les déshabille !). Vous réaliserez des massages sectoriels : dos, mains, jambes, pieds…
  • Si la structure prend des inscriptions, on vous amènera les personnes… ensuite, vous pourrez aller proposer vos services en chambre.
  • Essayez de travailler en partenariat avec les soignants, ils connaissent les résidents : une personne très douloureuse, désorientée, déprimée ou en fin de vie à qui vous pourrez procurer détente ou apaisement.
  • Si vous n’êtes pas soignant, vous avez l’avantage d’être la «fraîcheur qui vient de l’extérieur», profitez-en pour apporter votre gaieté dont chacun à tant besoin. La légèreté et la douceur sont souvent de mise devant toutes les douleurs très présentes.
  • Travaillez votre écoute : le côté psychologique est très important, j’insiste énormément là-dessus. L’image de la vieillesse n’est pas valorisée par notre société et personne n’est préparé à vieillir, encore moins à être malade bien évidemment !
  • Dans le mot détente, il n’y a pas toujours que le massage. Vous pouvez faire une très bonne prestation, mais c’est votre présence à l’autre qui fera de ce moment quelque chose d’authentique et d’encore plus précieux pour celui qui reçoit.
  • Il n’y a pas toujours de pièce adaptée : installez lumières, déco, senteurs, musique, et créez un vrai salon de détente où certains prendront plaisir à venir (autre univers, découverte, dépaysement).
  • Si les résidents se souviennent de vous, ils vous diront où ça a fait du bien la dernière fois, où les douleurs sont situées aujourd’hui. C’est à chaque fois une rencontre particulière : on voit la personne s’ouvrir ;  si elle régresse, on l’accompagne avec encore plus d’attention.
  • Le toucher des mains délie la parole… Votre venue, en plus de ce qu’elle apporte, est une visite, un moment rien qu’à soi et les effets en sont très différents… On raconte son histoire, celle de sa famille, ses déceptions, ses souvenirs, ses accidents. On pleure, on rit. On se laisse aller, on exprime son ressentit de mille façons car quelqu’un est là rien que pour soi, disponible, attentionné et à l’écoute.

Comment je fonctionne ?

Dans chaque institution, je note au fur et à mesure de l’après-midi le nom des personnes que j’ai rencontrées, ce que j’ai fait, et un commentaire.

Quand quelque chose m’interpelle, je le signale à l’infirmière et elle regarde ou va échanger avec ses collègues.

Il m’arrive aussi de faire appel à elle quand j’ai un doute : sur une inflammation, des boutons, sur l’état des jambes (phlébite ?), sur une réaction hallucinatoire (effets secondaires d’un traitement ?), sur une plainte (justifiée ou fruit de la démence ?)…

Pour ceux qui « oublient »

Installez un univers de détente au milieu des fauteuils… Chacun s’intéressera à ce qui lui correspond. Quand vous commencez à masser (mains, pieds, visage), ils retrouvent «la sensation» et là, c’est puissant : sourire, respiration profonde, jambes qui se décroisent, relâchement au fond du fauteuil, yeux qui se ferment, rires, bisous, …

Les malades ALZHEIMER sont des personnes très sensibles et le toucher leur permet de s’apaiser, ou de retrouver des moments de leurs vies où ils étaient dorlotés. Il permet aussi à la personne qui déambule beaucoup de se « pauser » un moment.

Pensez à vous installer plus bas que la personne, c’est très confortable : la serviette est partagée entre vos deux paires de genoux et la main se détend plus (si c’est les pieds, c’est également moins haut de les poser sur soi), ça crée une relation de confiance et ce n’est pas vous qui dominez.

Pour les résidents en fauteuil roulant

Le contact différent du soin est un vrai bonheur pour ceux dont le corps passe toute la journée dans un fauteuil (et la nuit dans le lit). Le résident n’ose parfois plus imaginer qu’il puisse ressentir un plaisir simple de détente. Qu’il a le droit de dire : “Je souhaiterais, parce que j’ai mal, parce que ça me ferait plaisir… parce que j’en ai envie…”

J’entends presque une excuse : “Si vous voulez bien…” Si ça ne vous dérange pas…” Et petit à petit, on avance dans la tombée des barrières. 

On passe des mains aux bras, puis épaules avec trapèzes. On ose enlever le tee-shirt et sentir des mains sur sa peau…

On passe des pieds aux demi-jambes puis jambes complètes… On touche le bras mort qu’on a déjà condamné et on s’interroge sur la façon de réagir devant cette «électricité» qui remonte parfois.

Il y a des vannes invisibles mais perceptibles qui sautent, des sourires qui leurs vont si bien et qui vous nourriront. Des «Vous revenez quand ?» qui en disent plus long que certaines phrases.

Pour les personnes "déclarées" en fin de vie

S’il n’y a plus de communication verbale, présentez-vous et dîtes ce que vous allez faire en considérant toujours que la personne vous entend. La main qui se décrispe, le visage qui s’apaise, une larme qui coule… Un «Toucher-Pause» est un outil puissant. Vous pouvez y associer un membre de la famille s’il est présent et s’il le souhaite.

Vous pouvez apporter beaucoup mais, respectez-vous :

  • n’allez pas en maison de retraite si vous n’avez pas cette sensibilité qui demande beaucoup d’énergie ;
  • si vous y allez, vous allez faire de belles rencontres et partager de merveilleux moments…

On n’est jamais mieux qu’à sa place…

Muriel Thiney, “Bien-être & Détente, est installée à Auxerre et Carisey dans l’Yonne. Vous pouvez retrouver ses prestations et formations sur son site : www.muriel-thiney.com

Sylvie Garibal

Sylvie Garibal est la community manager de ce blog. Dans la vraie vie, elle est praticienne de massage bien-être, en cabinet, en entreprise et dans un hôtel, et est également formée en gymnastique sensorielle et psycho-pédagogie perceptive.

Regarder toutes les publications

3 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

  • Bonjour Pierrette,
    J’ai pris un 1er contact par téléphone pour proposer (Responsable d’établissement, Maîtresse de maison ou Animatrice le plus souvent)
    J’ai demandé un RV pour échanger et éventuellement faire un essai…
    Je reste à votre disposition
    Bien cordialement,
    Muriel

  • Bonjour,
    J’aimerai savoir quelle démarches avez vous faites pour proposer vos services a l’Ehpad .
    Merci et bonne continuation.
    Pierrette.

Participez !

Vous êtes les bienvenues pour participer à ce blog : une idée, un commentaire, un article, un témoignage ? Partagez !

Newsletter mensuelle

Facebook

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar